Écrivez-moi

Dominique Dyens

Navigation de recherche

Navigation

Recherche

Cliquer pour agrandir

Couverture du livre C'est une maison bleue - Éditions DenoëlC'est une maison bleue

(Denoël janvier 2002/J'ai lu Janvier 2005)

Première page

Le soleil a huit heures. Comme tous les matins, son sillon de lumière a traversé avec éclat la grande cuisine ancienne. Il a réchauffé de sa flamme la pièce aux murs épais pour s’échapper ensuite par la fenêtre ouverte.
Le soleil a dévalé en courant les vallons desséchés, assoiffés d’eau, de cette terre provençale aux couleurs africaines. Sur son passage, il a ravivé les senteurs de thym poussiéreux et de fruit d’olivier.
Un jour, il a réveillé la terre et les hommes. Il a donné l’espoir, le pain et l’amour partagés. Il a donné la paix.
Le vent du Sahara, las de ses traversées, est venu déposer son dernier souffle sur la colline aride de Sariette. Au gré des brises, la végétation africaine a parsemé l’air de ses essences et de ses épices. Santal et patchouli. Curry et cardamome.
A la tombée du soir, quand le soleil aura embrasé à en mourir les champs et les pierres, les fleurs séchées et les rocailles, il repassera ici. Sur le chemin de cette maison.
Epuré de sa lumière blanche et violente du matin, il enveloppera alors, des caresses voluptueuses de ses derniers rayons, les corps assoupis dans les hamacs et les sofas de paille.
San Francisco, le Maroc et l’Inde sont aux confins de cette même route qui a conduit des êtres, il y à près de trente ans, à venir habiter les pierres de cette maison baptisée d’un rêve commun: Hashbury Farm.