Écrivez-moi

Dominique Dyens

Navigation de recherche

Navigation

Recherche

Cliquer pour agrandir

Couverture du livre Éloge de la cellulite et autres disgraces - Éditions Héloïse d'OrmessonEloge de la cellulite et autres disgrâces

(Héloïse d'Ormesson Mars 2006/Pocket Octobre 2007)

Première page

Je m’appelle Stéphane. J’ai trente et un ans. Je suis photographe. Pour un magazine.
J’ai commencé j’avais vingt ans. Comme assistant. Dans un nouveau canard. A l’époque personne n’y croyait. La presse féminine était saturée. Les ventes s’effondraient. Les campagnes de publicité étaient annulées. Les chefs de pub faisaient des dépressions. Les journalistes des mots croisés. Les patrons se mettaient au vert. La société entière aurait dû passer un scanner. Mais les conseils en communication ne faisaient que prescrire des études. Leurs actes non conventionnés grevaient chaque jour un peu plus le budget de la sécurité morale déjà déficitaire. Comme il fallait un responsable, on pointait du doigt le ministère des Femmes. Une commission d’enquête, menée par des experts-psychiatres, insista alors sur la nécessité de mettre en place une thérapie de marché. Mais l’industrie agropharmaceutique s’y opposa. On consommait des céréales à base de psychotropes au petit-déjeuner et c’était bien comme ça. Pendant ce temps, les lectrices continuaient de bouder. Le fossé entre les femmes et les magazines se creusait.